Les parcs nationaux les plus secrets des USA. Photo sous CC BY SA 2.0 de Michal Osmenda

Une fois n’est pas coutume, nous allons vous parler des parcs nationaux les plus secrets et les moins fréquentés des Etats-Unis ! Parce que si votre objectif est de profiter en silence de l’immensité et de la magnificence de la nature dans un parc national américain, il vaut mieux éviter le Grand Canyon, les Great Smoky Mountains ou bien le Yosemite… Avec 11,3 millions de visiteurs, les Great Smoky Mountains est le parc national le plus visité des Etats-Unis. Le calcul est vite fait, cela représente une moyenne de 31 000 visiteurs par jour ! Préparez vous donc aux embouteillages pour accéder au parc, et aux files d’attente devant le visitor center et les toilettes…

Parcs nationaux les moins fréquentés : Le Grand Canyon est le 2ème parc national le plus fréquenté avec près de 6 millions de visiteurs en 2016. Photo via unofficialnetworks.com.
Le Grand Canyon est le 2ème parc national le plus fréquenté avec près de 6 millions de visiteurs en 2016. Photo via unofficialnetworks.com.

Heureusement, les Etats-Unis offrent un total de 59 parcs nationaux, et tous sont loin d’être aussi fréquentés que le Yosemite. Pour vous, agoraphobes amateurs de nature préservée et de calme, nous vous proposons le top 5 des parcs nationaux américains les moins fréquentés. Les trois parcs nationaux les plus secrets sont de façon logique en Alaska, dans des zones difficiles d’accès, mais vous serez surpris d’apprendre que les autres se trouvent dans des états pourtant facilement accessibles. Bienvenue dans ces parcs où beauté rime enfin avec tranquillité !

Les parcs nationaux américains les moins fréquentés

North Cascades (Washington) – 28 000 visiteurs

Parcs nationaux secrets : le parc national des North Cascades, avec le Mont Shuksan en arrière plan. Photo sous cc by sa 2.0 de Michal Osmenda.
Le parc national des North Cascades, avec le Mont Shuksan en arrière plan. Photo sous cc by sa 2.0 de Michal Osmenda.

Le parc national des North Cascades est situé dans l’état du Washington, au nord-ouest des Etats-Unis. Malgré sa position stratégique à seulement 150 km à la fois de Seattle et de Vancouver, seuls 28 000 visiteurs ont franchi les limites du parc en 2016. Ces faibles chiffres peuvent surprendre puisque le tout proche Olympic National Park réussit, lui, à attirer 3,4 millions de visiteurs…

Dans les faits, le North Cascades National Park fait partie d’un grand complexe naturel qui inclut deux autres zones protégées : la Ross Lake National Recreation Area ainsi que la Lake Chelan National Recreation Area. La raison pour laquelle seules 28 000 personnes sont entrées dans le parc alors que les deux autres zones protégées ont attiré plus de 322 000 visiteurs est toute simple : aucune route n’entre dans le parc !

La marche est donc la seule possibilité pour profiter des charmes de la chaîne des montagnes des North Cascades. Une fois dans le parc, le calme s’offre aux visiteurs qui peuvent alors profiter des quelque 500 lacs avec pour seule compagnie mouflons, wapitis et autres castors.

Parc national américain peu visité : le calme règne autour de Ann Lake, dans le parc national des North Cascades. Photo sous cc by 2.0 de Miguel Vieira.
Le calme règne autour de Ann Lake, dans le parc national des North Cascades. Photo sous cc by 2.0 de Miguel Vieira.
Les parcs américains les moins visités : les sentiers du parc national des North Cascades, ici devant the triplets, sont peu fréquentés. Photo sous cc by 2.0 de Jeffrey Pang.
Les sentiers du parc national des North Cascades, ici devant the triplets, sont peu fréquentés. Photo sous cc by 2.0 de Jeffrey Pang.

Isle Royale (Michigan) – 25 000 visiteurs

Les parcs nationaux les plus secrets : le Rock Harbor Lighthouse, dans le parc national de l'Isle Royale, situé dans le lac Supérieur. Photo sous cc by sa 2.0 de Ray Dumas.
Le Rock Harbor Lighthouse, dans le parc national de l’Isle Royale, situé dans le lac Supérieur. Photo sous cc by sa 2.0 de Ray Dumas.

Autre parc situé dans les 48 états contigus, le parc national de l’Isle Royale est localisé autour de la plus grande île du lac Supérieur, dans le Michigan. A moins de de 5km de la frontière canadienne, il fait face à la petite ville de Grand Portage, et seules 25 000 personnes se sont rendues dans le parc en 2016.

L’Isle Royale est essentiellement couverte de forêt dans laquelle cohabite des loups et des orignaux. La présence de ces animaux dans un écosystème fermé fait du parc national de l’Isle Royale un lieu stratégique d’observation des rapports prédateurs/proies.

Les visiteurs peuvent profiter des 266km de sentiers que propose le parc ainsi que de ses 36 campings. Accessible depuis le continent avec un bateau privé ou l’un des ferrys qui emmènent les visiteurs vers l’un des deux petits débarcadères, le parc national de l’Isle Royale est complètement interdit d’accès en hiver. Les dures conditions climatiques hivernales ne permettent en effet pas d’assurer la sécurité des visiteurs, ce qui fait de l’Isle Royale le seul parc national à ne pas être au moins partiellement ouvert toute l’année.

Les parcs nationaux les moins fréquentés : la côte du parc national de l'Isle Royale près de Rock Harbor. Photo sous cc by sa 2.0 de Joe Ross.
La côte du parc national de l’Isle Royale près de Rock Harbor. Photo sous cc by sa 2.0 de Joe Ross.
L'un des parcs nationaux les plus secrets : l'Edison Fishery, dans le parc national de l'Isle Royale. Photo sous cc by sa 2.0 de Ray Dumas.
L’Edison Fishery, dans le parc national de l’Isle Royale. Photo sous cc by sa 2.0 de Ray Dumas.

Lake Clark (Alaska) – 21 000 visiteurs

Un des parcs nationaux les moins fréquentés : le kayak est l'une des multiples activités qu'il est intéressant de pratiquer dans le parc national de Lake Clark. Photo de Kent Miller pour le National Park Service.
Le kayak est l’une des multiples activités qu’il est intéressant de pratiquer dans le parc national de Lake Clark. Photo de Kent Miller pour le National Park Service.

Situé au sud de l’Alaska, le parc national de Lake Clark a accueilli 21 000 visiteurs en 2016. Le Lake Clark National Park offre des sommets enneigés provenant de plusieurs chaînes de montagnes, de nombreux lacs, de gigantesques forêts, un front de mer, et bien d’autres atouts. Des volcans sont également actifs à travers le parc. Si quelques bâtiments et un visitor center existent dans Port Alsworth (159 habitants), le reste du parc est vierge de toute présence humaine.

Pour aller profiter des splendeurs du parc national de Lake Clark, il faut accepter de voyager dans des conditions sommaires. En effet, aucune route ne rejoint le parc, et l’hydravion et le bateau sont les seuls moyens de locomotion permettant d’y accéder. Tel est le prix de la tranquillité et de la sensation d’aller là où personne d’autre ne va.

Les parcs nationaux les moins fréquentés : La beauté du parc national de Lake Clark. Photo de Adrienne Lindholm pour le National Park Service.
La beauté du parc national de Lake Clark. Photo de Adrienne Lindholm pour le National Park Service.
Les parcs nationaux les moins fréquentés : le Crescent Lake du parc national de Lake Clark. Photo de Warren Hill pour le National Park Service.
Le Crescent Lake du parc national de Lake Clark. Photo de Warren Hill pour le National Park Service.

Kobuk Valley (Alaska) – 15 000 visiteurs

Un des parcs nationaux les moins fréquentés : les méconnues dunes de sable du parc national de la Kobuk Valley. Photo sous cc by sa 4.0 de Anthony Remboldt.
Les méconnues dunes de sable du parc national de Kobuk Valley. Photo sous cc by sa 4.0 de Anthony Remboldt.

Situé au nord-ouest de l’Alaska, le parc National de Kobuk Valley se trouve 40km au dessus du cercle polaire. Visité par seulement 15 000 personnes en 2016, il est le deuxième parc national le moins fréquenté des Etats-Unis. Traversé au sud par la rivière Kobuk qui lui donne son nom, le parc possède une zone d’épaisses forêts et une autre où la toundra arctique s’étend à perte de vue.

Le Kobuk Valley National Park est renommé pour ses dunes de sables de 45m de hauteur. Ces dunes ont la particularité d’être étudiées par la NASA de par leur similarité avec les dunes présentes sur les pôles de Mars.

Bien entendu, aucune route n’atteint le parc, et les visiteurs doivent emprunter des taxis aériens. Une fois sur place, les visiteurs peuvent pratiquer la randonnée, le camping, ou bien conduire des attelages de chiens. Quoi qu’il en soit, il n’existe ni route ni sentier délimité au sein du parc et les visiteurs peuvent profiter d’une nature totalement vierge.

Un des parcs nationaux les plus secrets : Les méandres d'une rivière dans le parc national de la Kobuk Valley. Photo sous cc by sa 3.0 de 16Terezka.
Les méandres d’une rivière dans le parc national de Kobuk Valley. Photo sous cc by sa 3.0 de 16Terezka.
Le deuxième parc national le moins fréquentés : La Kobuk River, qui donne son nom au parc national de la Kobuk Valley. Photo de Neal Herbert pour le National Park Service.
La Kobuk River, qui donne son nom au parc national de Kobuk Valley. Photo de Neal Herbert pour le National Park Service.

Gates of the Arctic (Alaska) – 11 000 visiteurs

Une randonnée dans le parc national Gates of the Artic, le parcs national américain le moins visité. Photo pour le National Park Service.
Une randonnée dans le parc national Gates of the Arctic, le parc national américain le moins visité. Photo pour le National Park Service.

Le parc national américain le plus secret est le parc national Gates of the Arctic où seules 11 000 personnes se sont rendues en 2016. Situé dans l’Alaska entièrement au delà du cercle polaire, il est donc logiquement le parc national le plus au nord du pays. Le Gates of the Arctic National Park est gigantesque, il s’agit même du deuxième plus grand parc américain en superficie.

Isolé à l’intérieur des terres, le parc national Gates of the Arctic est difficile d’accès. Son visitor center ne se situe même pas à proximité du parc puisqu’il est basé à Fairbanks… Le parc ne comporte ni route, ni sentier, et aucune infrastructure humaine n’est présente pour faciliter le séjour des visiteurs, ces derniers pouvant cependant camper dans la nature.

Il est clair que pour visiter le parc national le plus secret des Etats-Unis, il faut se diriger vers le parc Gates of the Arctic. Soyez cependant prévenu, sa beauté n’égale que sa difficulté d’accès !

Une rivière serpente dans le parc national Gates of the Artic. Photo pour le National Park Service.
Une rivière serpente dans le parc national Gates of the Arctic. Photo pour le National Park Service.
Le franchissement d'un col dans le parc national Gates of the Artic, le parc national le moins visité des Etats-Unis.
Le franchissement d’un col dans le parc national Gates of the Arctic, le parc national le moins visité des Etats-Unis.