Découvrez les bateaux sous les gratte-ciel de San Francisco !
(Last Updated On: 21 juillet 2018)

On a trouvé des bateaux sous les gratte-ciel de San Francisco ! Oui, vous avez bien lu ! Jusqu’à la moitié du XIXème siècle, le moyen de transport privilégié aux Etats-Unis était le bateau, qu’il navigue sur les rivières ou sur les mers. Lorsque vous vouliez aller de New York à San Francisco en 1850, il n’était pas forcément possible de traverser le pays par les terres. Alors forcément, cela compliquait bien les choses ! Les Interstates n’existaient évidemment pas, et toute expédition devait affronter des dangers par milliers, aléas climatiques et bêtes sauvages, mais aussi bien-sûr amérindiens hostiles et bandits de grand chemin. Quant au chemin de fer, il faudra attendre 1863 pour que le premier transcontinental atteigne la Californie. Bien que cela nous semble incroyable, le trajet le plus court de New York à San Francisco était donc la voie maritime, laquelle passait par le Cap Horn ! Oui oui, le voyage durait quand même entre 100 et 200 jours…

Mission Bay, site de l'actuelle San Francisco avant la ruée vers l'or. D'après un dessin de JC Ward.
Mission Bay, site de l’actuelle San Francisco avant la ruée vers l’or. D’après un dessin de JC Ward.

Les bateaux de San Francisco : la ruée vers l’or

Ainsi, lorsqu’en janvier 1848 de l’or est découvert en Californie, c’est par bateau que les américains, européens, sud-américains et asiatiques sont arrivés sur la future côte ouest des Etats-Unis. Le port d’arrivée de prédilection des chercheurs d’or venait juste de changer son nom de Yerba Buena en San Francisco à la faveur de la victoire américaine face au Mexique dans la guerre de 1846-1848. Il s’agissait alors d’un simple campement avec très peu de constructions en dur. Bien, bien loin du San Francisco que l’on connaît aujourd’hui !

L’arrivée massive et soudaine de milliers de chercheurs d’or a considérablement changé la donne. La population de San Francisco est passée de quelques centaines à 25 000 habitants entre 1847 et 1850 ! Et encore, la plupart des nouveaux arrivants ne restaient pas à San Francisco. Au total, il est estimé qu’entre avril 1849 et avril 1850, 62 000 personnes sont arrivées à San Francisco par bateau !

Vue sur les bateaux abandonnés dans la baie de San Francisco en 1850. Auteur inconnu.
Vue sur les bateaux abandonnés dans la baie de San Francisco en 1850. Auteur inconnu.

Les bateaux abandonnés de San Francisco

Si la ruée vers l’or a entraîné le développement spectaculaire de San Francisco, elle a aussi causé quelques défis de taille à résoudre. Par exemple, lorsque les chercheurs d’or arrivaient dans le port de San Francisco, leur objectif était uniquement d’aller creuser la terre et sonder les rivières le plus vite possible. Ainsi, dès qu’un bateau avait accosté, il se trouvait immédiatement vidé de ses marins et passagers, et était littéralement abandonné au milieu du port ! Si vous imaginez phénomène marginal, vous vous trompez. En juin 1850, un total de 526 bateaux étaient déjà abandonnés dans le port ou dans la baie de San Francisco !

Les nombreux bateaux abandonnés de San Francisco. Daguerréotype de William Shew en 1853.
Les nombreux bateaux abandonnés de San Francisco. Daguerréotype de William Shew en 1853.
Illustration des bateaux abandonnés dans la baie de San Francisco à la fin des années 1840s. Auteur inconnu, via sfgenealogy.com.
Illustration des bateaux abandonnés dans la baie de San Francisco à la fin des années 1840s. Auteur inconnu, via sfgenealogy.com.

Si la plupart de ces bateaux, essentiellement des clippers, étaient abandonnés jusqu’à ce qu’ils pourrissent et coulent, d’autres ont eu des destins bien différents. Certains ont été désossés afin de récupérer le métal et surtout le bois, une ressource nécessaire pour tenir le rythme du développement à marche forcé de la ville ! D’autres bateaux étaient solidement amarrés à des quais qui s’avançaient toujours plus loin dans la baie, et servaient d’entrepôt voire même de saloons ou d’hôtels. Un bateau abandonné nommé l’Euphemia a même été reconverti en prison ! Pratique !

Au premier plan l'Euphemia, transformé en prison, et au loin l'Apollo, devenu par la suite un saloon.
Au premier plan l’Euphemia, transformé en prison, et au loin l’Apollo, devenu par la suite un saloon.

Les bateaux de San Francisco, des bâtiments comme les autres

Avec l’avancée des quais toujours plus loin dans la baie, ils ont fini par perdre leur but premier ! Autour de ces quais, des bâtiments ont été construits sur pilotis, à proximité immédiate des bateaux. Un certain capitaine Joseph L. Folsom a été le premier à combler de terre les environs de son bateau. Avec la montée des prix de l’immobilier, son exemple a été très vite imité. Ainsi, petit à petit, les espaces entre les bateaux et les bâtiments ont été comblés par du sable et des roches. Ce processus s’est déroulé jusqu’à ce qu’il n’y ait plus du tout d’eau sous la cale des bateaux et le plancher des bâtiments. Les bateaux devenaient alors des maisons et des immeubles comme les autres, et les quais s’étaient transformés en de véritables rues. Afin de respecter des règles basiques d’organisation urbaine, des rues transversales ont été créées entre les quais, d’abord sur pilotis avant d’être comblées, piégeant de fait tous les bateaux abandonnés qui n’avaient pas encore été transformés.

Vue sur les bateaux de Barbary Coast à San francisco dans les années 1860s.
Vue sur les bateaux de Barbary Coast à San Francisco dans les années 1860s.

C’est ainsi que tous ces bateaux sont devenus une partie intégrante de la ville de San Francisco, laquelle s’était d’abord développée autour d’eux, avant de progressivement les intégrer, puis de les recouvrir ! Au grès des catastrophes qu’a subies San Francisco, notamment les grands incendies de 1849, 1850 et surtout 1851, mais également le tremblement de terre de 1906, de nouveaux bâtiments ont recouvert ces reliques maritimes.

Représentation de l'incendie de 1851, on aperçoit le système de rues construites sur des pontons et piégeant les bateaux. Auteur inconnu.
Représentation de l’incendie de 1851, on aperçoit le système de rues construites sur des pontons qui piègent les bateaux. Auteur inconnu.

Des bateaux sous les gratte-ciel

Et régulièrement, lorsqu’un immeuble de San Francisco est démoli, les bateaux réapparaissent au grand jour le temps de prendre quelques photos et d’être étudiés, avant de replonger dans les profondeurs des fondations des nouveaux immeubles et gratte-ciel. Incroyable !

Lithographie représentant le Niantic Hotel et les autres bateaux transformés en 1850. Auteur inconnu.
Lithographie représentant le Niantic Hotel et les autres bateaux transformés en 1850. Auteur inconnu.
Le Niantic Hotel et des bâtiments alentours. Illustration de Francis Samuel Marryat en 1855.
Le Niantic Hotel et des bâtiments alentours. Illustration de Francis Samuel Marryat en 1855.

L’un de ces bateaux iconiques de San Francisco est le Niantic. Il a d’abord écumé les mers comme baleinier dans les années 1830s, avant d’être réquisitionné au Panama par le consul américain afin de transporter 246 passagers alors coincés dans l’isthme vers San Francisco. Arrivé à destination, l’équipage a très vite déserté le navire, et le Niantic a d’abord été reconverti en entrepôt, puis en hôtel. Le bateau a été victime de tous les incendies des débuts de San Francisco, mais a été rebâti à chaque fois, perdant au fur et à mesure des reconstructions l’aspect d’un bateau. Lorsque le Niantic hotel a été démoli en 1872, la coque du bateau a été redécouverte dans les fondations de l’hôtel. A la suite du tremblement de terre et de l’incendie de 1906, la coque a de nouveau été retrouvée, avant d’être recouverte à nouveau. Et finalement, lors de la dernière démolition de l’immeuble en 1978, le Niantic a été à nouveau ramené à l’air libre. Si une partie des restes du bateau est aujourd’hui conservée par le Musée maritime de San Francisco, la majeure partie de la coque dort encore sous un parking souterrain, attendant tranquillement la prochaine démolition pour réapparaître. Et si le mot Niantic vous dit quelque chose, sachez qu’il correspond au nom de l’entreprise de réalité augmenté qui a produit le jeu Pokemon Go, nom choisi en référence à ce fameux bateau !

La coque du Niantic lors de sa redécouverte en 1978. Photos via waipahuhaole1.tripod.com.
La coque du Niantic lors de sa redécouverte en 1978. Photos via waipahuhaole1.tripod.com.
La coque du Niantic lors de sa redécouverte en 1978. Photos via waipahuhaole1.tripod.com.
La coque du Niantic lors de sa redécouverte en 1978. Photos via waipahuhaole1.tripod.com.

De façon similaire, un autre bateau a été redécouvert en 2001 lors de la démolition d’un immeuble de 10 étages ! Il s’agit du General Harrison, lequel avait brûlé lors de l’incendie de 1851 et avait servi de fondations aux bâtiments qui l’ont successivement recouvert. Au final, une dizaine de bateaux ont été redécouverts depuis que le Niantic a été ramené à l’air libre pour la première fois en 1872.

Le General Harrison lors de sa redécouverte en 2001. Photo pour le Smithsonian National Museum of American History.
Le General Harrison lors de sa redécouverte en 2001. Photo pour le Smithsonian National Museum of American History.
Le General Harrison lors de sa redécouverte en 2001. Photo pour le Smithsonian National Museum of American History.
Le General Harrison lors de sa redécouverte en 2001. Photo pour le Smithsonian National Museum of American History.

Où creuser pour déterrer un bateau ?

En se basant sur ces redécouvertes et sur les souvenirs des plus anciens habitants de la ville recueillis au XXème siècle, des chercheurs ont pu reconstituer des cartes indiquant les localisations exactes ou supposées des anciens bateaux aujourd’hui recouverts. S’il vous prend l’envie de creuser, au moins vous savez où chercher !

Carte superposant les anciens quais et les bateaux redécouverts ou dont la localisation est supposée à une image aérienne de San Francisco. Carte réalisée par le San Francisco Maritime National Historical Park.
Carte superposant les anciens quais et les bateaux redécouverts ou dont la localisation est supposée à une image aérienne de San Francisco. Carte réalisée par le San Francisco Maritime National Historical Park.
Plan de San Francisco sur lequel sont superposés les bateaux redécouverts ou dont la position est plus ou moins déterminée, ainsi que les anciens quais. Plan de Ron Fillion sur sfgenealogy.com.
Plan de San Francisco sur lequel sont superposés les bateaux redécouverts ou dont la position est plus ou moins déterminée, ainsi que les anciens quais. Plan de Ron Fillion sur sfgenealogy.com.
Carte de San Francisco reprenant en violet les zones originellement recouvertes par la mer et où se trouvent potentiellement des bateaux sous les constructions. Auteur inconnu.
Carte de San Francisco reprenant en violet les zones originellement recouvertes par la mer et où se trouvent potentiellement des bateaux sous les constructions. Auteur inconnu.

PS : San Francisco n’a pas le monopole des redécouvertes de bateaux sous ses gratte-ciel. En 2011, lors des travaux de déblaiement des ruines du World Trade Center, la coque d’un bateau du XVIIIème siècle est également réapparue à la surface.

La coque d'un bateau redécouverte lors des travaux de déblaiement du World Trade Center en 2011. Photo pour le National Geographic.
La coque d’un bateau redécouverte lors des travaux de déblaiement du World Trade Center en 2011. Photo pour le National Geographic.
La coque d'un bateau redécouverte lors des travaux de déblaiement du World Trade Center en 2011. Photo pour le National Geographic.
La coque d’un bateau redécouverte lors des travaux de déblaiement du World Trade Center en 2011. Photo pour le National Geographic.
La coque d'un bateau redécouverte lors des travaux de déblaiement du World Trade Center en 2011. Photo pour le National Geographic.
La coque d’un bateau redécouverte lors des travaux de déblaiement du World Trade Center en 2011. Photo pour le National Geographic.